#GarissaAttack : Où sont nos politiciens ?

Carnage

148 jeunes étudiant.e.s noir.e.s, africain.e.s meurent. Peu ou pas de réactions des puissants de ce monde se font entendre. Le monde entier  s’en fout. C’est une honte pour notre continent. On dirait que la vie d’un jeune Africain ne vaut rien. Les médias traditionnels n’en ont parlé que très brièvement. Les réseaux sociaux, eux, se mobilisent. Ils ont pris la défense d’un peuple oublié, meurtri au plus profond de lui-même.  Même en 2015, l’Afrique demeure toujours cette partie qui plonge dans l’ombre sur le globe terrestre. 

Il y a de ces réalités qui font mal au cœur. On peut dire que c’est une double peine pour la jeunesse africaine toute entière, celle établie sur ses terres ou résidant à l’étranger. Cette jeunesse qui a tant scandé #JeSuisCharlie en janvier dernier. Quand celle-ci est la cible de cette ignominie qu’est le terrorisme, personne ne la regarde. Tant pis, elle n’a pas de bol.  N’est-ce pas un péché originel : être né quelque part – ou plutôt – être né dans un monde à part : le Tiers Monde. L’Afrique.

Cet état de fait est le produit d’une accumulation de handicap dont souffre notre peuple Africain. Et cela se concrétise lors de  pareilles situations (notamment la situation qui frappe aujourd’hui l’Université Kényane de Garissa) où l’on remarque finalement que c’est toujours un non-événement. C’est comme si ce n’était pas si grave que cela. Le bilan : #148 morts!?! Mais, ce n’est pas grave. Même nos  politiciens africains n’ont pas eu le déclic de rassembler, de créer un événement #JeSuisKanyan à l’instar de ce qui se fait ailleurs dans le monde quand il se produit de telles horreurs.   Les « Je suis Machin », ce sont des trucs de blancs. Peut-on se dire non sans fureur.

Le capital, toujours le fric!

Nous vivons un monde où le capital se place au dessus de tout. Les affaires, seulement les affaires comptent.  Certaines valeurs apparaissent désuètes. Plus besoin de parler d’humanité et de compassion. Pas sur le continent africain en tout cas. La preuve.  S’il l’on compare les quatre récentes attaques terroristes à savoir : l’attaque au siège de Charlie Hebdo à Paris, la fusillade à Copenhague, l’attaque du Musée de Moussol en Tunisie et l’attaque de cette semaine au Kenya, on peut voir que la mobilisation manque du côté du continent Africain. Avec autant de victime, comment se fait-il qu’il n’y a pas eu de réaction planétaire comme à l’accoutumée? Une solidarité au moins, continentale aurait été salutaire. C’est fade!

Quand les Africains meurent. Personne ne s’en émeuve.

Là où le contraste est grande. C’est dans l’ampleur des dégâts. C’est le nombre de victimes.  148 jeunes étudiants, c’est beaucoup. Si c’était sur d’autres terres, en occident notamment, cela aurait mobilisé des foules, créer des direct d’antenne sur les chaînes d’infos, des temps de décryptages, interpellé les politiques du monde entier. Les rapports de force, l’aide apportée, leS traitementS médiatiques, politiques, etc. auraient été d’une autre nature. Mais, Non. Ça sera un non-événement. C’est le sang d’un Africain qui coule. Et personne ne se lèvera pour soutenir nos pauvres étudiants et protester contre ces barbaries dont le Kenya a été la cible cette semaine.

L’Université : un lieu symbolique

On aurait pu penser à une mobilisation des institutions touchées par ce drame. Par exemple, voir des universités françaises (africaines aussi) participer à un moment de recueillement pour se souvenir de ces jeunes partis trop tôt. Non, c’est loin peut-être. C’est en Afrique que ça se passe. Ceci est à mon avis contre-productif. Il ne faut surtout pas penser qu’on est à l’abri contre le terrorisme. C’est un fléau qui peut frapper partout dans le monde. Un mal qui peut toucher n’importe quel pays. Faire ce geste pour témoigner la solidarité avec le peuple africain et surtout pour soutenir ces familles qui se retrouvent dans une détresse incommensurable aurait été bon signe. Un peuple qui voit une jeunesse décimée, juste parce qu’elle est chrétienne/étudiante/pas idiote.

Pour les djihadistes, s’attaquer à une université est très symbolique. L’université rime avec la connaissance. Symbolique aussi parce que c’est le lieu de l’excellence. En étant le lieu par excellence où on déconstruit les préjugés, les discours canoniques (ou pas d’ailleurs) et surtout le lieu où l’on pense et par là, l’endroit où on détruit les plans d’embrigadement. L’ université devient donc la cible privilégiée de ces détraqués qui se présentent comme des soldats d’Allah. L’université est donc une chance pour notre jeune génération. Elle peut fabriquer de jeunes conscients et éclairés et cela ne pouvait pas échapper à ces malfaiteurs. Enfin, l’Université est l’ endroit où l’on peut faire la part des choses entre un mouvement politique islamiste et la religion de l’islam et par ces ficelles, pouvoir éviter les amalgames souvent entretenus par d’éminents islamophobes. Pour toutes ces raisons, je pense que la solidarité – au sein de ces institutions universitaires – devrait être de mise qu’importe le lieu, et cela à chaque fois qu’il se produit un tel acte ignoble. A Garissa, c’est l’une des valeurs universelles, fondamentales et républicaines qui est attaquée.

Des dirigeants corrompus

Et que dire de nos dirigeants Africains?  Il n’y a pas de mot pour l’exprimer. Pathétique. Ils ne sont que des abonnés absents. L’Afrique est-elle toujours sous-tutelle d’un occident riche et puissant ? Pourquoi nos dirigeants ne sont-ils pas responsables ? Exigeants ? C’est fou quand même !

Nos présidents viennent manifester à Paris. Ils vont à New-York, etc. Ils sont cependant incapables d’exiger la même chose quand tout un village est décimé ou quand, comme on l’a vu ce vendredi, toute une université est touchée par un acte infâme comme cet attentat à l’Université de Garissa. Chez nous, il n’y a que nos mamans qui pleurent dans les rues. Il n’y a que nos sœurs qui se recueillent dans des églises. Vous ne verrez pas toute la communauté internationale au rendez-vous. Elle ne viendra pas sur le sol Africain pour dire clairement #JesuisKanyan.  C’est dire à quel point la fin des inégalités entre les peuples n’est pas à attendre demain. L’égalité Nord-Sud n’arrivera jamais.

Kenya1       Au-Kenya-l-heure-du-recueillement_article_landscape_pm_v8

A quand un « 11 janvier Africain? »

Alors, Messieurs politiciens africains, à quoi servez-vous pour de vrai ?Où êtes-vous au juste? Etes-vous d’accord que la vie d’un Africain est moins importante que celle d’un occidental ? Pourquoi n’y a-t-il pas de mobilisation massive, au moins entre vous, collègues de l’union Africaine ? Peut-on valider l’idée selon laquelle la politique en Afrique n’est rien d’autres que le monde des affaires, des dynasties des chefs d’Etat et affairistes des groupes privés occidentaux ? N’est-ce pas vrai que vous êtes venus à Paris parce qu’il y a là des enjeux politiques et économiques pour vous et vos familles ? … Et votre peuple dans tout ça ? N’est-ce pas que c’est lui le contribuable qui fait vivre le pays? Le petit peuple qui trime toute la journée pour ne gagner que 2, 5 ou 10 $ par jour et, en fin de compter, paie vos salaires, déplacements et séjours de luxe en occident ?  Qu’est-ce qu’il reçoit en retour ? Rien. Il n’existe pas. Il n’a pas d’importance. Honte à vous! En tout cas, celui-ci est un (gros?) coup raté. C’est gros pour passer inaperçu.

Vous nous faites honte parce que vous n’êtes pas capables de rassembler, de fédérer autour de vous. C’est « un truc des blancs ça », me diriez-vous ? Et notre sang, n’est-il  pas le même que celui des blancs ? Comment est-ce possible que vous ne parvenez pas à attirer cette attention via les canaux d’informations occidentaux, les contacts, etc.? Faire en sorte que les infos soient relayées, et comme cela créer des moments d’unions nationales comme on l’a vu à Paris le 11 janvier 2015, à la Bastille, le lieu symbolique de la révolution française de 1789, le symbole de la liberté ?

En tout cas, si vous nous entendez chers présidents,  revoyez vos fiches! Trichez un peu! Apprenez à tricher de temps en temps et permettez-nous de vivre des moments d’union nationale/continentale au lieu de nous ramener tous les jours à vos petits jeux de politiciens où le divisionnisme, les créations de milices, rebellions et dissensions ethniques servent souvent de mode d’emploi. Unissons-nous.

Dites Non – comme ce fut à Paris, à Copenhague ou à Tunis, dites non à l’unisson à cette barbarie humaine. Ne restons pas indifférents face à ces actes ignobles.

Politiciens Africains, donnez-vous ces initiatives ! Rassemblez ! Agissez !

Si non, je persiste à (me) poser cette question :  En tant qu’Etats Africains, sommes-nous autonomes de nos actions ? Les vies des citoyens Africains sont-elles aussi importantes que celles des français?  des  Américains?

#148notjustanumber #Solidarité #ContreLe Terrorisme #JeSuisKenyan

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s